Déclaration de Denise Carpenter, présidente et chef de la direction de l’Association nucléaire canadienne

Le 14 mars 2011 – Ottawa (Ontario)

En cette période très difficile, nos pensées se tournent vers les habitants du Japon et leurs parents au Canada ainsi que vers les travailleurs de la centrale de Fukushima, qui déploient des efforts acharnés pour protéger la population à l’extérieur du site.

Au cours des jours et des semaines à venir, vous entendrez sans doute de nombreuses opinions divergentes sur les événements survenus au Japon, voire sur les installations nucléaires canadiennes. Certains propos seront fondés sur des faits et alimenteront un débat fort utile. Malheureusement, tout ce que vous entendrez ne s’appuiera peut-être pas sur des faits.

Il est important de rappeler que si la centrale de Fukushima a été endommagée, ce n’est pas en raison d’une défaillance dans la conception du réacteur. Les dommages sont plutôt imputables au pire séisme jamais survenu dans l’histoire du Japon, qui a été suivi d’un tsunami dévastateur.

Ce n’est pas d’hier que les membres de l’industrie nucléaire – au Canada et ailleurs dans le monde – travaillent en étroite collaboration pour mettre en commun leur expertise technique. En outre, nous avons depuis longtemps l’habitude de nous pencher sur les opérations et les activités dans le but d’apporter des améliorations continues.

L’industrie nucléaire mondiale examinera et analysera chaque pièce d’équipement et chaque procédure d’intervention se rapportant aux incidents survenus au Japon de même que la performance humaine. Lorsque nous aurons bien compris les faits entourant ces événements, nous tirerons parti des nouvelles données pour rendre l’énergie nucléaire encore plus sûre.

Nous estimons qu’il est important d’observer la situation dans le contexte du parc nucléaire canadien.
En matière de sûreté, l’industrie nucléaire canadienne affiche un dossier enviable qui s’étend sur près de 50 ans. Nos centrales nucléaires sont dotées de systèmes de sûreté multiples et redondants et elles figurent, grâce à leur conception, parmi les plus robustes du monde. Les 71 000 travailleurs de l’industrie nucléaire canadienne sont des professionnels très compétents hautement qualifiés dans leur domaine.

Tous les exploitants nucléaires canadiens ont mis en place et appliquent des procédures d’urgence bien établies, notamment pour l’arrêt d’urgence des réacteurs.

À l’heure actuelle, notre but est de bien renseigner les Canadiens en leur fournissant de l’information exacte et à jour concernant la perspective canadienne pendant les événements tragiques qui se déroulent au Japon. Vous trouverez dans le site Web de l’Association nucléaire canadienne (www.cna.ca) des mises à jour et des renseignements sur la sûreté du nucléaire au Canada.

Faits relatifs à l’industrie nucléaire canadienne

  • Le secteur nucléaire canadien injecte 6,6 milliards de dollars par an dans l’économie et génère des recettes fiscales fédérales et provinciales de 1,5 milliard de dollars par an ainsi que 71 000 emplois.
  • La filière nucléaire assure 15 % de la production d’électricité au Canada et 55 % en Ontario.
  • Le secteur nucléaire canadien regroupe 150 entreprises et ses exportations se chiffrent à 1,2 milliard de dollars par an.
  • Le Canada produit plus de 50 % des radio-isotopes utilisés dans plus de 50 000 procédures médicales chaque jour, dont 5 000 au Canada.
  • Les centrales nucléaires canadiennes ne rejettent pratiquement pas d’émissions à l’origine du changement climatique, du smog ou des précipitations acides.
  • L’industrie nucléaire produit une énergie sûre et il s’agit de l’une des industries canadiennes les plus réglementées.
  • Depuis près de 50 ans, l’industrie nucléaire canadienne affiche un dossier inégalé en assurant dans trois provinces une production d’électricité fiable, sûre et économique.
  • La filière nucléaire constitue une source d’électricité propre et fiable qui joue un rôle important dans le portefeuille canadien d’énergies propres.
  • L’application de la science nucléaire améliore la santé et le bien-être des Canadiens grâce aux technologies de médecine nucléaire et de salubrité des aliments.
  • L’innovation scientifique nucléaire permet de s’attaquer à plusieurs défis sociaux, notamment en santé publique et dans les transports.